Rencontre avec Joseph Gaye Ramaka, cinéaste sénégalais

« L’Afrique produit de moins en moins d’œuvres cinématographiques »

Joseph Gaye Ramaka, Crédits : africultures.com

Joseph Ramaka

En marge de la 36ème conférence annuelle de l’association de littérature africaine (Ala) à Tucson, du 10-14 mars dernier, Joseph Gaye Ramaka, nous a accordé un entretien enrichissant sur son œuvre, les nouvelles tendances du cinéma sénégalais, et l’avenir du cinéma africain. Dans l’interview exclusive que nous partageons avec vous, il évoque les raisons qui l’ont poussé à réaliser le documentaire « Plan Jaxaay », film présenté à Tucson, Arizona. Il exprime également son incompréhension par rapport à l’attitude des autorités sénégalaises qui n’auraient pas pris la pleine mesure des dangers que vivent les populations dans la banlieue dakaroise, lors des inondations (le thème de « Plan Jaxaay ») que Dakar a connues ces quatre-cinq dernières années. L’auteur de films connus comme « Karmen », «Et si Latif avait raison ! », aborde aussi la question du piratage des films, l’une des plaies de l’entreprise cinématographique, ainsi que l’éternel problème du cinéma africain, celui de la diffusion des films.

Entretien audio de A.A. avec Joseph Gaye Ramaka au ALA 2010

Cliquez sur le petit « play » pour écouter
Cliquez sur le lien « download » pour télécharger

Joseph Gaye Ramaka interviewé par Anoumou Amekudji au ALA 2010, Tuscon

Joseph Gaye Ramaka interviewé par Anoumou Amekudji au ALA 2010, Tuscon

Liens :

Interviews




Si vous avez apprécié cet article, pensez à laissez un commentaire ou abonnez vous au flux et recevez les prochains articles dans votre lecteur RSS.


Commentaires

6 commentaires à “Rencontre avec Joseph Gaye Ramaka, cinéaste sénégalais”

Laissez un Commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)