Vers la redynamisation du cinéma au Sénégal

Sénégal, Crédits : ndjamena-matin.com

Sénégal

Après avoir prononcé le 31 août dernier la dissolution du bureau de l’Association des cinéastes sénégalais, les cinéastes continuent la réflexion pour la mise en place d’une autre instance capable de faire face aux défis actuels du cinéma au Sénégal. Le bureau provisoire présidé par le réalisateur Mansour Sora Wade (auteur de Le prix du pardon) a confié le 16 septembre dernier aux confrères de l’Agence de Presse sénégalaise (APS) que «ce que nous voulons, c’est de redonner vie à notre cinéma parce que le Sénégal mérite d’avoir un secteur dynamique ». Dans la même dépêche, son compatriote et ancien assistant technique de Sembène Ousmane, Clarence Delgado, a précisé que «c’est un ensemble qu’il faut diagnostiquer et ce sont les commissions que nous allons mettre en place qui vont définir les orientations ». A cet effet, les commissions sont créées dans les secteurs suivants : réalisation, production, distribution, exploitation, financement.

Le cinéma sénégalais est en train de prendre un nouveau départ qu’il faut encourager, car il est souvent difficile de se remettre en cause, et de le faire publiquement. Les cinéastes sénégalais viennent de franchir cette étape. Vaut mieux tard que jamais, dit-on. Pour un diagnostic sans complaisance, tous les secteurs de l’industrie cinématographique doivent être explorés. Toutes les compétences intellectuelles, techniques, doivent être mises à contribution. Aussi bien les anciens membres des bureaux précédents que les jeunes cinéastes doivent être consultés, pour que les conclusions des échanges qui dureront des mois, soient bien acceptées par l’ensemble du secteur. Il est important qu’à cette étape de la réflexion et de la vie du secteur cinématographique au Sénégal, que les uns et les autres mettent de côté leurs ambitions, et pensent avant tout au rayonnement du cinéma sénégalais. Le Sénégal regorge de beaucoup de talents, de personnes qui possèdent à l’heure actuelle un nombre inimaginable de projets de films qui ne cherchent qu’à être portés sur les écrans. Mais malheureusement, faute d’une association vraiment dynamique, certains de ces cinéastes n’arrivent pas à réaliser leurs films. Les cinéastes sénégalais ont besoin d’une association capable de négocier avec les autorités de la république un environnement qui pourrait leur permettre de produire leurs films, et de les distribuer plus facilement. Le nouveau bureau doit être à même de mettre en place un projet qui pousserait non seulement les autorités, mais aussi les bailleurs de fonds et les institutions bancaires de la place, à investir dans le secteur du cinéma. Il revient également au nouveau bureau d’établir un plan de communication dont l’un des objectifs, serait de montrer au public et aux décideurs l’importance du secteur cinématographique dans le développement d’une nation. Le plan de communication en question, ne devra pas perdre de vue les Sénégalais pris individuellement, pour les convier à consommer plus qu’avant les films produits par leurs compatriotes. Pour une réussite totale de ces initiatives, les cinéastes doivent travailler davantage pour produire des films de haute qualité technique et thématique. L’union faisant la force, et pour pallier le manque de moyens techniques et financiers, les cinéastes pourraient éventuellement faire des coproductions qui seraient de grandes réussites sur les plans national et international.

En attendant cela, l’essentiel à ce jour est que le travail pour la redynamisation du secteur cinématographique ait démarré. Pour créer un climat d’apaisement nécessaire à la bonne marche des activités de redynamisation, des actions doivent être menées à l’endroit des membres de l’ancien bureau pour les convaincre de la nécessité de travailler ensemble, pour un idéal commun, celui d’un cinéma sénégalais de qualité, dynamique, apprécié aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Liens :

Actus & Evénements




Si vous avez apprécié cet article, pensez à laissez un commentaire ou abonnez vous au flux et recevez les prochains articles dans votre lecteur RSS.


Commentaires

Un commentaire à “Vers la redynamisation du cinéma au Sénégal”

Laissez un Commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)