Echanges avec Mme William St-Hilaire, présidente de la Fondation Metropolis bleu

«La culture africaine est riche et diversifiée et c’est ce que Metropolis bleu a voulu mettre en avant…»


William St-Hilaire presidente de la Fondation Metropolis bleu

William St-Hilaire


La treizième édition du Festival littéraire Metropolis bleu, aura lieu à Montréal, du 27 avril au 1er mai. La nouvelle présidente de Metropolis bleu, Mme William St-Hilaire, parle dans cet entretien de la particularité du festival littéraire qu’elle organisera dans les semaines à venir, et des nouveautés de la prochaine édition. Mme St-Hilaire, écrivaine, et auteur de plusieurs livres dont Les femmes planètes, évoque aussi la conférence sur la littérature engagée, qui sera organisée à l’intention des enfants. La présidente du festival, annonce qu’une séance de contes africains est inscrite au programme du prochain festival. Elle précise également, qu’un hommage sera rendu à Edouard Glissant, poète, romancier, théoricien de la littérature, disparu en février dernier à Paris.

Anoumou Amekudji : Qu’est-ce qui fait la particularité du festival littéraire Metropolis bleu par rapport aux autres rencontres littéraires qui ont lieu un peu partout dans le monde?

Mme William St-Hilaire : Le Festival Metropolis bleu est le festival multilingue le plus important au monde. Multilingue et résolument ouvert à la diversité : culturelle, des genres littéraires, recevant cette année plus de 150 auteurs, dont 35 proviennent de 12 pays représentant 7 langues différentes. Au fil des ans, nous avons présenté des événements en français, en anglais, en espagnol, mais aussi en italien, en arabe, en yiddish, en chinois, etc. Nous rejoignons ainsi les membres des communautés culturelles établies à Montréal dans un esprit de convivialité et d’intégration. De plus, Metropolis bleu offre un volet de littérature jeunesse substantiel avec pas moins de 75 activités offertes gratuitement et destinées aux 12 ans et moins et à leurs parents.

Anoumou Amekudji : Quelle est la touche particulière que vous apportez à la 13ème édition qui aura lieu dans un mois, comparée à l’édition de 2010?

Mme William St-Hilaire : Je suis entrée en poste le 4 janvier dernier, quatre mois avant le début du festival et la programmation avait été essentiellement arrêtée par la fondatrice et présidente sortante, Linda Leith. Ma touche personnelle devrait se ressentir en 2012 avec une ferme intention de convier les passionnés à un certain choc littéraire fait de débats d’idées, de rencontres étonnantes, avec des personnalités fortes. Nouveaux lieux et mariage avec les arts visuels et numériques dans une certaine mesure.

Anoumou Amekudji : Dans le programme des activités de l’édition 2011 de Metropolis bleu, il y aura une conférence intitulée “La littérature engagée, qu’est-ce que c’est?”, organisée à l’intention des enfants de 7-12 ans. Pensez-vous que les enfants doivent commencer à se poser ces questions à leur âge?

Mme William St-Hilaire : Il est important que les jeunes commencent à cet âge à être confrontés aux problématiques du monde qui nous entoure. Le Festival des enfants Metropolis bleu, présenté par TD, a été mis en place pour amener une réflexion chez les jeunes sur divers sujets à travers la lecture et l’écriture.

Angéle Delaunois, qui donne cette activité, a écrit un superbe livre Une petite bouteille jaune (Éditions Isatis) sur les conséquences de la guerre chez les jeunes. Ce livre est une façon de vulgariser ce qui se passe dans le monde auprès des jeunes. Il est important de les tenir au courant et non de leur cacher ce qui se passe réellement. D’autres activités du festival amèneront des réflexions sur le deuil, l’environnement, etc.

Anoumou Amekudji : Toujours en ce qui concerne la prochaine édition de Metropolis bleu, une séance de contes africains sera animée par le Centre Afrika. Quels aspects de l’Afrique, voulez-vous faire découvrir aux enfants, et au grand public?

Mme William St-Hilaire : Deux activités seront en effet offertes durant le Festival des enfants. Les activités engloberont plusieurs aspects culturels de l’Afrique. Elles débuteront par une animation de conte africain avec une mise en scène aux rythmes des percussions, et se poursuivront avec un volet éducatif qui comprendra des questions sur les instruments, les contes, les danses, les mots en dialectes, les pays africains, géographie humaine, etc. Les enfants seront invités à jouer des percussions, à danser, et à célébrer l’Afrique ! La culture africaine est riche et diversifiée et c’est ce que Metropolis bleu a voulu mettre en avant dans le cadre de la 4e édition du Festival des enfants.

Anoumou Amekudji : Metropolis bleu se prépare également à rendre hommage à l’écrivain, poète, et professeur, Edouard Glissant décédé le 3 février à Paris. Quelles formes prendra cet hommage, et sur quels aspects de la vie de l’écrivain, allez-vous mettre l’accent?

Mme William St-Hilaire : Marie-Andrée Lamontagne animera une table ronde qui rendra hommage à l’œuvre d’Édouard Glissant, mais elle mettra surtout l’accent sur son dernier ouvrage paru : L’imaginaire des langues, Gallimard, 2010. Lise Gauvin, spécialiste de l’œuvre de Glissant, se joindra à trois écrivains d’origine haïtienne pour rendre hommage à l’homme à qui l’on doit la Poétique du divers et l’Institut du Tout-Monde : Rodney Saint-Éloi, Évelyne Trouillot (Prix Carbet 2010) et Joël Des Rosiers qui se réclame ouvertement de son œuvre.

Propos recueillis par Anoumou AMEKUDJI

Interviews




Si vous avez apprécié cet article, pensez à laissez un commentaire ou abonnez vous au flux et recevez les prochains articles dans votre lecteur RSS.

Laissez un Commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)